J-2 : « Faisons de l’abolition une évidence pour tous. »

Par Raphaël Chenuil-Hazan, Directeur général d’ECPM – France

Bienvenue au 7e Congrès mondial contre la peine de mort ! Le combat pour l’abolition de la peine de mort transcende les clivages et dépasse les continents comme les cultures : il rassemble ce qui est épars. Voilà pourquoi il est unique et nécessaire !

Certes, le désir de vengeance et les élans de violence n’ont jamais manqué d’écrire l’Histoire, mais les sociétés qui ont aboli la peine de mort ont définitivement gravé leur envie de se construire dans l’apaisement et la tolérance.

Retrouvez l’Édito de Raphaël Chenuil-Hazan dans le Livret du Congressiste

D’ailleurs, ces dernières ne font jamais marche arrière, car elles savent qu’un tel rétablissement serait une faute envers les générations futures. Vissée au socle des droits de l’homme, la lutte abolitionniste ne fait qu’exprimer ce vers quoi la population mondiale tend, depuis déjà plusieurs siècles : la fin des exactions à ce droit inaliénable qu’est la vie. Porter atteinte à ce dernier, c’est porter atteinte à l’Humanité, mais aussi à notre propre humanité. Cette évidence, une majorité d’État et de citoyens l’ont saisie. Ainsi deux tiers des pays de l’ONU ont voté en faveur de la dernière résolution des Nations unies appelant à un moratoire sur les exécutions, quatre cinquième si l’on intègre les abstentions et les absents. C’est de cette aspiration à l’universel que le Congrès mondial tire son essence.

Le secteur privé et l’Afrique à l’honneur

Hier à Oslo, aujourd’hui à Bruxelles, les Congrès mondiaux se relaient et se font les témoins du bouillonnement des forces abolitionnistes. Nous souhaitons donner la parole à celles et à ceux qui sont confrontés au quotidien aux affres de la peine de mort (anciens condamnés à mort, familles, avocats, etc.) ; à celles et à ceux qui, chaque jour, bataillent pour son abolition (représentants gouvernementaux, parlementaires ou encore militants des droits de l’homme). Depuis dix-huit ans, les Congrès mondiaux donnent à tous les acteurs de l’abolition la possibilité de se fédérer pour préparer le combat de demain.

À chaque Congrès mondial, nous innovons afin que de nouveaux publics s’approprient la question de la peine de mort.

Congrès régional d’Abidjan, avril 2018

À Madrid, en 2013, le rôle des parlementaires était mis à l’honneur ; à Oslo, en 2016, les institutions nationales des droits de l’homme (INDH) ont été pour la première fois impliquées ; c’est maintenant au tour du secteur privé et des entreprises d’être sollicités. La première plénière de ce Congrès a pour ambition d’ouvrir le dialogue avec ce pan économique de premier plan. Les potentialités d’engagement et de création de liens avec la famille abolitionniste sont immenses : elles sont porteuses des stratégies à venir et d’espoirs pour notre devenir.

Nous avons également souhaité donner une place importante à l’Afrique dont les avancées et les freins constituent des enjeux de taille. Serait-ce le prochain continent abolitionniste ? Nous l’appelons de tous nos vœux. Afin que la mobilisation dans ces États soit totale, nous avons organisé, en amont du Congrès de Bruxelles, la conférence préparatoire d’Abidjan, en avril 2018. La présence renforcée du continent africain à Bruxelles est d’autant plus opportune que s’ouvrent les négociations pour la révision des accords de Cotonou entre l’Union européenne et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

 

Engager la lutte des trois prochaines années

Ce Congrès mondial sera une réussite si vous décidez d’en être les acteurs. Nous vous invitons donc à diffuser les temps forts de ces quatre jours, en relayant les informations de notre compte Twitter (@AssoECPM) grâce aux hashtags #7CongressECPM et #AbolitionNow. À vous aussi d’entretenir les stratégies et les engagements de la déclaration finale, durant les trois prochaines années.

Nous comptons sur chacun d’entre vous pour nous tenir informés des impacts directs et indirects du Congrès dans vos pays et dans vos actions.

Enfin, vous trouverez sur notre site web tous les éléments du programme riche et dense que l’équipe d’ECPM a concocté pour vous. Un programme académique dont les débats et workshops vous apporteront peut-être des idées pour nourrir vos projets d’éducation et de sensibilisation ; des manifestations culturelles et artistiques qui permettront de prendre de la hauteur sur les problématiques liées à la peine de mort ; des discussions, des rencontres et des événements parallèles qui illustrent la richesse et l’engagement des ONG abolitionnistes : votre expérience de congressiste se bâtira au gré de vos choix ! Et si André Gide déclarait que « choisir, c’est renoncer », sachez que, selon nous, choisir, c’est avant tout se prononcer. Se prononcer sur nos convictions avec une seule exigence : faire de l’abolition une évidence.